Actualités

Girard-Perregaux. Elégance et précision. Deux nouveaux modèles dans la Collection 1966

Née de l’une des périodes les plus dynamiques et glorieuses de Girard-Perregaux, la collection 1966 rend hommage aux innovations techniques de la Manufacture dans le domaine de la chronométrie. Ces deux nouvelles versions en acier de 40 et 36 mm accueillent pour la première fois le très délicat cadran gris fumé.

10.actu
30.actu
Actualités
Girard-Perregaux. Elégance et précision. Deux nouveaux modèles dans la Collection 1966

“La simplicité est la sophistication suprême”, disait Léonard de Vinci.

Appréhendée de manière instinctive, une montre classique pourrait évoquer l’immobilisme et l’austérité. C’est tout le contraire avec la Collection 1966 de Girard-Perregaux. Celle-ci plonge ses racines dans l’une des périodes les plus dynamiques de la Manufacture de La Chaux-de-Fonds, qui la vit se doter d’un centre de Recherche & Développement et lancer le premier mouvement à haute fréquence de l’histoire. S’inscrivant dans cette perpétuelle quête de l’innovation, Girard-Perregaux rend hommage à cette époque en présentant deux nouveaux modèles automatiques, chacun doté d’un cadran fumé et d’un boîtier extra-plat en acier particulièrement élégant : la 1966 40 mm et la 1966 36 mm sertie.

1966 40 mm acier
1966 36 mm sertie diamants

Depuis ses débuts en 1791, Girard-Perregaux n’a cessé de jalonner son histoire de créations légendaires.

Jean-François Bautte, horloger à l’origine de la manufacture, est à la fin du XVIIIe siècle l’un des premiers grands spécialistes des montres extra-plates ; puis Constant Girard Perregaux fait sensation avec son mythique Tourbillon sous Trois Ponts d’Or, qui sera primé à l’Exposition universelle de Paris en 1889 ; plus récemment, c’est le révolutionnaire Echappement Constant L.M., dont le principe repose sur une lame flexible en silicium, qui marque les esprits en 2013 et imprime un tournant dans la quête de la régularité chronométrique. Girard-Perregaux est aujourd’hui détentrice de quelque 100 brevets et regroupe tous les métiers de la montre, du développement du mouvement aux ultimes finitions.

Les années 1960 la Manufacture va connaître une certaine… accélération.

Chose rare à l’époque, la Maison dispose de sa propre équipe de R&D. C’est dans ce département que sera développé, dans le plus grand secret, le calibre Gyromatic HF, premier mouvement de l’histoire horlogère à battre à la haute fréquence de 36’000 alternances par heure. Les montres de série qui en sont équipées remportent bientôt des compétitions chronométriques jusque-là réservées à des pièces spécialement préparées, les fameuses « bêtes de courses ». En 1966, Girard-Perregaux se voit ainsi décerner le Prix du Centenaire de l’Observatoire de Neuchâtel, pour l’ensemble de ses travaux en faveur de la précision. L’année suivante, la Marque obtient 662 certificats, soit 73% de tous les bulletins délivrés par l’instance chronométrique dans la catégorie montres-bracelets classiques.

De cette période particulière est née la Collection 1966.

Hommage aux innovations techniques de Girard-Perregaux dans le domaine de la chronométrie, elle s’enrichit de deux nouvelles interprétations en acier : la première de 40 mm de diamètre, la seconde de 36 mm. Fiables et précises, elles sont équipées du calibre de Manufacture à remontage automatique GP03300, qui offre une généreuse réserve de marche de 46 heures. Sa platine et ses ponts sont minutieusement étirés, anglés et décorés Côtes de Genève. Constitué de 218 composants, le mouvement du grand modèle offre les fonctions heures, minutes, secondes et date dans un guichet à 3h. La version 36 mm, quant à elle, remplace la date par des index en diamant et une lunette sertie. Etanches à 30 m, les deux boitiers arborent un fond transparent.

Mais c’est la finesse des lignes qui capte ici le plus l’attention.

Pour la première fois, la Maison dote des modèles en acier de la collection 1966 de l’élégant cadran gris fumé, jusqu’ici réservé aux pièces en or. La version 40 mm se pare d’une finition soleillée, la petite, d’un magnifique motif flinqué. Le boitier extra-plat, les aiguilles bombées et polies de type feuille, ainsi que les index ou les chiffres romains en applique de type bâton, participent également au parfait équilibre esthétique de ces deux nouvelles références, qui s’accordent aussi bien à un jean qu’à une tenue de soirée. A un prix défiant toute concurrence.

Spécifications techniques

1966 40 mm
 

Boîtier

Matière : acier
Diamètre : 40.00 mm
Epaisseur : 8.90 mm
Verre : saphir traité anti-reflet
Fond : visible
Cadran : gris fumé
Aiguilles : de type “feuille”
Etanchéité : 30 mètres (3ATM)
 
 
Mouvement

Référence : GP03300-0130, mécanique à remontage automatique
Diamètre : 25.60 mm (11 ½’’’) 
Hauteur : 3.36 mm
Fréquence : 28,800 Vib/h – (4 Hz)
Nombre de composants : 218
Rubis : 27
Réserve de marche : min. 46 heures
Fonctions : heures, minutes, seconde centrale, date
 
Bracelet
Matière : en cuir d’alligator noir
Boucle : ardillon en acier

Référence
49555-11-231-BB60

 
 

Spécifications techniques

1966 36 mm
 

Boîtier

Matière : acier avec lunette sertie de diamants
Sertissage : lunette sertie de 62 diamants taille brillant, 0.89 ct et cadran serti de 10 diamants taille diamant, 0.06 ct
Diamètre : 36.00 mm
Epaisseur : 9.01 mm
Verre : saphir traité anti-reflet
Fond : visible
Cadran : gris fumé avec motif “flinqué”
Aiguilles : de type “feuille”
Etanchéité : 30 mètres (3ATM)
 
Mouvement
Référence : GP03300-0123, mécanique à remontage automatique
Diamètre : 25.60 mm (11 ½’’’) 
Hauteur : 3.36 mm
Fréquence : 28,800 Vib/h – (4 Hz)
Nombre de composants : 192
Rubis : 27
Réserve de marche : min. 46 heures
Fonctions : heures, minutes, seconde centrale
 
Bracelet
Matière : en cuir d’alligator taupe gris
Boucle : ardillon en acier
 
Référence
49523D11A271-CKBA

A propos de Girard-Perregaux

Girard-Perregaux est une Manufacture suisse de Haute Horlogerie dont les origines remontent à 1791. L’histoire de la Marque est jalonnée de montres légendaires qui allient design pointu et technologie innovante, comme le célèbre Tourbillon sous Trois Ponts d’Or, présenté par Constant Girard-Perregaux en 1889 lors de l’Exposition universelle de Paris, et qui reçut la médaille d’or.

Avec plus de 100 brevets, Girard- Perregaux se consacre à la recherche et au développement de Haute Horlogerie et reste l’une des seules Manufactures à regrouper sous un même toit tous les métiers d’horlogerie, y compris la fabrication du cœur de la montre : son mouvement. En 2013, Girard-Perregaux a reçu de nombreuses distinctions pour son révolutionnaire Echappement Constant L.M. dont le plus prestigieux et le plus convoité des prix de l’industrie horlogère : l’Aiguille d’Or du Grand Prix d’Horlogerie de Genève.

Girard-Perregaux appartient au groupe Kering, qui figure parmi les leaders mondiaux de l’habillement et des accessoires et développe un ensemble de marques importantes dans les secteurs du Luxe et du « Sport & Lifestyle ».

Top